Ethylotest dans la voiture : que dit la loi ?

Chaque année, l’ivresse au volant ou au guidon cause de nombreux accidents. Dans le but de réduire leur nombre et leur gravité, la loi prévoit, depuis le 1er mars 2012 que chaque utilisateur (tous les véhicules à moteur sont concernés) doit disposer d’un éthylotest. Si l’absence de cet objet lors d’un contrôle des forces de l’ordre n’est plus sanctionnée depuis le 1er mars 2013, l’obligation elle existe toujours.

Pour vous aider à y vois plus clair entre toutes ces nuances, nous vous proposons un tour d’horizon des obligations prévues par la loi concernant ce petit objet qui sauve des vies.

Retrouvez également notre page sur les meilleurs éthylotests.

Quel est l’objectif de cette mesure ?

que-dit-loi-ethylotest

Le but principal de cette décision est de sensibiliser les conducteurs aux dangers de l’ivresse au volant et de les responsabiliser en leur donnant les moyens de contrôler eux-mêmes leur alcoolémie en cas de doute. Cette décision s’ajoute à celle prise en décembre 2011 et qui oblige tous les établissements servant de l’alcool et ouverts la nuit à tenir des éthylotests à la disposition de leur clientèle. Ainsi, que ce soit dans le cadre personnel ou lors de sorties dans des établissements publics, plus question de se réfugier derrière l’excuse classique « je ne savais pas, je pensais être en-dessous du seuil ».

A voir aussi : Notre avis sur l’éthylotest NF Ethylec

Quel est le taux légal d’alcool autorisé au volant ?

Le taux d’alcool dans le sang d’un conducteur doit être inférieur à 0,5 gramme par litre de sang pour qu’il soit autorisé à circuler. Dans le cadre d’un contrôle par éthylotest (et non par prise de sang), le taux maximal autorisé est de 0,25 milligramme par litre d’air expiré. Ces deux mesures correspondent bien évidemment à la même quantité d’alcool ingurgitée.

Qu’est-ce qu’un éthylotest ?

Un éthylotest (ou alcootest) est un outil permettant de mesurer l’alcool présent dans l’air expiré et permet ainsi de savoir rapidement s’il on est en état de conduire ou non. Il en existe deux types :

  • Les éthylotests chimiques : utilisables une seule fois, ils vous indiquent simplement si vous êtes en-dessous ou au-dessus du seuil légal. Ils peuvent être conservés environ 2 ans avant d’être périmés.
  • Les éthylotests électroniques : utilisables pour de nombreux tests, seul l’embout doit être changé.

Quelles sont les conditions à remplir pour qu’un éthylotest soit reconnu par la loi ?

legislation-ethylotest

En ce qui concerne les éthylotests chimiques, ils doivent :

  • Respecter la norme NF X 20 702
  • Etre non usagé
  • Etre en cours de validité (bien penser à vérifier la date de péremption de façon régulière)

Les alcootests électroniques doivent quant à eux :

  • Respecter la norme NF X 20 704
  • Faire l’objet d’un contrôle annuel par le constructeur

Dans les deux cas, il est fortement recommander de disposer de plusieurs alcootests (ou de plusieurs embouts) pour pouvoir faire un test et garder la possibilité d’un faire un sur demande des forces de l’ordre.

A voir aussi : Notre avis sur l’éthylotest TopElek

Comment savoir si un éthylotest respecte les normes ?

Tous les alcootests respectant ces normes détiennent la marque de certification « NF » apposée sur le produit par le fabriquant. Cette marque assure les utilisateurs que les produits qui en disposent ont été testés et approuvés par un certificateur agréé.

Un utilisateur contrôlé positivement par les forces de l’ordre alors qu’il s’était lui-même contrôlé en-dessous du seuil peut-il être sanctionné ?

loi-ethylotest

Le résultat retenu sera celui obtenu lors du contrôle officiel, l’utilisateur pourra donc être sanctionné. En effet, l’obligation de détenir un éthylotest vise à responsabiliser les conducteurs et non à contester un contrôle officiel.

Pour que cette situation ne vous arrive pas, plusieurs conseils :

  • Veuillez à vous procurer un éthylotest (chimique ou électronique) de qualité, et donc disposant de la certification « NF »
  • Rappelez-vous que la concentration maximale d’alcool dans l’organisme sera présente 30 minutes après votre dernière gorgée à jeun et une heure après votre dernière gorgée lors d’un repas. Attendez donc ce délai avant de faire votre propre test.
  • Votre organisme élimine en moyenne 0,10 à 0,15 grammes d’alcool par litre de sang par heure et rien de peut accélérer ce rythme.

Pour votre sécurité et celles des autres, l’idéal reste donc de surveiller sa consommation et de ne prendre le volant (ou le guidon) que lorsque vous êtes absolument sûr d’être en-dessous du taux légal d’alcool autorisé.

En cas de question complémentaire ou de doute, nous vous invitons à consulter http://www.securite-routiere.gouv.fr, vous y retrouverez toutes les obligations applicables aux usagers de la route. Ce site est mis à jour régulièrement.